Un visage de la guerre au féminin

Cet article est aussi publié dans  le magazine Sisyphe et dans le Huffington Post Québec Le combat pour la liberté des femmes est pluriel. Il concerne tout ce qui est féminin en chacun de nous, homme et femme

Sont-elles féministes ? Le documentaire Femmes contre Daesh diffusé à TV5 la semaine dernière est à la fois empreint d’un réalisme pragmatique et d’une certaine poésie évoquant le chemin de la guerre que suivent des combattantes kurdes. Se dégage de ce récit un amour pour la liberté qui donne à la guerre un visage plus humain, ce qui est à la fois troublant et apaisant. On dit que les amazones kurdes sèment la terreur depuis toujours et qu’elles font peur aux combattants de Daesh car elles ne lâchent jamais..

Des jeunes femmes partent au combat soit en secret pour ne pas affoler leur mère, soit parce que leur famille les soutiennent, espérant à travers elles parvenir à la démocratie. Mais la plupart du temps, ces amazones y trouvent un voie directe vers l’émancipation : aller au combat leur permet de ne plus subir le fardeau du mariage, de l’enfantement, d’un quotidien fait de mêmes gestes qui aliènent l’avenir des femmes à la seule vie familiale.

« Je suis très fière de ma liberté et j’encourage d’autres filles à suivre le même chemin », dit l’une d’elles. Il faut les voir au quotidien se lisser les cheveux entre elles, inviter leurs sœurs civiles à manger à table avec leurs enfants. Les soldates sont admirées. L’une d’elle demande à une enfant si elle vêtira les habits du combat quand elle aura 15 ans. Ce discours pourrait écorcher les tenants des droits de la personne, mais il est motivé par un tel désir de liberté : libérer la femme, libérer la patrie, même combat. Ce qui distingue les femmes des hommes dans cette guerre, c’est cette soif de liberté, de vivre pour soi, de s’épanouir en ne pensant qu’à sa peau, comme un homme le fait en tout temps. C’est l’appel à cette liberté qui donne un sens au combat qu’elles mènent. En cela, le documentaire évacue l’aspect morbide de la guerre comme un appel à la vie, à travers ces battantes. Non pas que ce combat contre les fous de Dieu soit idéal comme seule voie d’émancipation, mais entre la liberté et la famille, leur choix est clair : mourir pour sa liberté et peut-être celle du peuple.

C’est une ancienne professeure d’éducation physique qui forme les jeunes femmes à l’entrainement. Elles apprennent aussi à lire, la plupart étant analphabètes. Le camp agit à la manière d’un couvent militaire. Les jeunes femmes n’ont pas le droit d’être en relation amoureuse mais on leur assure un minimum d’instruction et il faut les voir sur le terrain à la recherche des meilleures stratégies pour attraper l’ennemi. Vina explique comment elle est devenue « snipper » jusqu’à ce qu’une balle au bras la prive de graduer comme tireur d’élite. Elle ne retournera pas à la maison, elle est promise à une carrière de commandante. Comme la plupart des jeunes femmes au camp, elles n’ont pas le droit d’avoir d’enfant et ne s’en plaignent surtout pas.

« Pour la guérilla, un combattant ne meurt pas il devient un héros… À Kobané, ils sont un symbole de victoire ».

Dans ce documentaire, pas une goutte de sang ni d’images de corps en déflagration. On ne met pas l’emphase sur le résultat de la puissance guerrière présentant les habituels clichés de violence dont le sensationnalisme nous interpelle de moins en moins. À la place de corps explosés, la chaussure trouée d’une balle d’un combattant de Daesh et le savoureux dialogue des hommes à propos de la présence des femmes sur le terrain.

La simplicité avec laquelle chacun s’exprime élève la dignité humaine dans ce contexte de cruauté pathologique, issue des dictatures de toute forme.

« Les femmes sont plus courageuses que les hommes », dit l’un d’eux. Pourtant, la fierté des femmes se vit non pas à travers leurs exploits, mais par le fait d’atteindre une liberté inespérée à travers leur fonction, aux côtés des hommes.

Les rebelles syriens venus prêter main forte aux Kurdes expliquent leur malaise à recevoir des ordres d’une femme. Il est vrai que les Kurdes vivent dans une société plus égalitaire. Tous s’entendent pour dire que « aux commandes, les amazones kurdes martyres n’abandonnent jamais leur blessé sur un champ de bataille ni n’oublient ceux qui y ont laissé leur vie ».

Si l’esprit patriarcal des hommes en prend pour son rhume, la nécessité du combat qui rallie les deux sexes fait place à l’humilité. Un homme raconte : « J’ai été blessé des dizaines de fois. J’ai combattu avec les femmes kurdes. Par 3 fois, elles m’ont soigné. Jamais les hommes n’avaient fait ça ».

L’amour, le courage, la détermination et la paix du cœur face à leur choix soutient leur motivation à mener cette guerre. Ces amazones résistent à l’interdit religieux imposé par Daesh qui réduit la femme à l’esclavage. Elles le font pour assurer un futur aux petites filles et sont prêtes à se faire exploser plutôt que d’être prisonnière de Daesh. Pour la liberté !

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s