Mais qu’est-ce que rêver ?

24 juin 2013 | par Sylvie Bergeron – Le rêve est le catalyseur du désir. Il a la capacité d’harmoniser les desseins de l’esprit à ceux de l’ego terrestre. En quoi il a un effet adoucissant. Ainsi le rêve a pour vocation de ranimer dans notre psyché le sens de notre évolution, en fonction de désirs propres à notre âme.

Couverture Livre - Au bout des rêves, d'autres réalités  Voir le livre : Au bout des rêves, d’autres réalités

Le rêve est donc aussi le porteur de messages concernant la psyché du rêveur. Rêver, c’est bien. Décoder ses rêves, c’est donner accès à l’inflexion de l’ego, à savoir se donner le droit de changer, de devenir autre que ce à quoi nous nous attendons. Exprimer ses rêves délivre l’ego d’une tension et libère l’action potentielle pour la réalisation du rêve. Enfin, savoir à quoi sert notre rêve provient du haut lieu de la conscience humaine.

Résumons. Rêver, c’est s’élever vers l’esprit, le point le plus haut de son Observatoire intérieur individuel.

Lorsque nous sommes déçus à répétition par nos rêves, nous croyons souvent à tort qu’il faille les abandonner. La plupart du temps, c’est le contraire, pour autant que le rêve porté par l’ego terrestre corresponde au projet de l’esprit. Ainsi, ce qui empêche de rêver est souvent la crainte d’être déçu. Pourtant…

La déception permet l’anéantissement de la croyance, de la foi pour les transmuter en réalité. Ce qu’il va rester au final de l’ascension vers le rêve n’est pas sa portion comptable (attente de résultat, de récompenses, sentiment d’injustice, etc.) mais la découverte du réel. Dans cet espace, nous contactons notre conscience agissante. C’est là que nous devenons souverains. En esprit.

Ce qui nous amène à dire, en ce jour de fête nationale, qu’à l’Assemblée nationale, toutes les particules de bonne volonté sont anéanties par la déception. Nos élus font partie intégrante du peuple. Ils sont d’abord comme nous tous, des citoyens qui rêvent d’un environnement meilleur. Comme nous, ils ne savent pas toujours comment réaliser ce qu’ils ont annoncé. Par manque de compétence psychique. Ils sont le reflet de la conscience du peuple. Et présentement ils expriment nous sommes nombreux à ne pas avoir de pouvoir sur nos rêves. Quand nos rêves ne sont plus que des attentes frustrées ou oubliées, ils ne peuvent qu’avoir un sens comptable ; ils sont prisonniers d’un sentiment qui prend en otage la lumière même qui crée le rêve. Dans cet espace sans air, la grande majorité attend de la société au lieu de lui donner.

Attachés à nos acquis, à notre pouvoir d’achat, à cette qualité de vie paradoxalement polluante, nous sommes tous, qu’on le veuille ou non, devenus confinés par ce point : l’argent.  Comme si ce lien suffisait à contrecarrer nos rêves, à brimer notre faculté de voir autrement. Le simple fait d’en avoir besoin, nous maintient dans un système avec chacun notre part d’épreuves pour sortir de l’aliénation qu’il cause, de l’arrêt du rêve. Nous sommes tous dans le même bain, par défaut.

Nous cessons aussi de rêver, lorsque nous décidons de ne pas faire partie de ce monde parce qu’il nous a déçu. S’éjecter ou se sentir rejeté, nous conduit à garder nos rêves pour soi et cache une blessure. Revenir dans la société est un appel à l’humilité et non à l’humiliation, à la persévérance et non au ressentiment, à un amour de soi plus grand et non à un mépris face aux moins conscients, à un développement plus défini de ses talents, de ses projets plutôt qu’à l’envie ou au dégoût d’une réussite conformiste, à une maturité aboutie plutôt qu’à la colère de ne pas être compris. Chaque personne qui s’individualise a besoin de mesurer son pouvoir de rêver dans la société. Autrement, son esprit ne s’ajuste pas à son corps (ses cellules); aussi bien dire qu’une telle personne a cessé de respirer ici-bas…

S’il est vrai que s’isoler est nécessaire à l’individualisation, à long terme l’individu doit amener son intégralité dans le monde organisé, quel qu’il soit. D’une part, il a besoin des structures collectives pour rayonner : tout le monde bénéficie des égouts, eau potable, hôpitaux, métro, routes, parcs, bibliothèques, etc. Cela découle des institutions politiques. D’autre part, lorsque nous manifestons notre rayonnement dans la société, nous sommes constamment testés dans notre intégrité, ce qui développe notre force psychique et mentale. Dit autrement, trop s’isoler nous prive d’évoluer.

Rêver, c’est donc se remettre en marche vers son étincelle, par sa seule force, en apprenant à supporter le temps. Cela signifie résister à l’épreuve des déceptions successives qui nous font décrocher du monde. Rêver, c’est accepter de pagayer à contrecourant jusqu’à ce que le sens de notre intégrité soit inébranlable. Ainsi on accède à son étincelle. Il suffit de peu de ces personnes éclairées pour changer le sens de l’inconscient collectif, pour changer le monde.

Pagayer, c’est le lot d’une conscience qui ne dort jamais. Pagayer, non dans un esprit de guerre pour en finir avec ceux qui ont cessé de rêver, mais dans un esprit de paix, chacun veillant à ne pas interrompre sa propre évolution. De  tels individus changent le monde parce qu’ils le gardent vivant. Ainsi nous bâtissons notre force individuelle réelle. Ainsi nous bâtirons ensemble un projet, un destin, un pays, une planète un univers…

6 avis sur « Mais qu’est-ce que rêver ? »

  1. Bonjour !
    Je vous pose les questions ! Qui vous dit que l’homme doit évoluer ? Qui ou qu’est-ce ce qui dans l’homme veut évoluer ? Évoluer vers quoi ? S’il y avait vraiment évolution, nous aurions le souvenir à notre naissance sur ce monde, de nos autres vies, de nos autres expériences, de nos autres connaissances acquises alors, et nous n’aurions pas besoin de recommencer sans cesse, vie après vie, l’apprentissage et l’expérimentation pour soi-disant vouloir évoluer. Alors j’en déduis que l’évolution dans le temps et l’espace sur ce monde est un mensonge, et que cette fuite en avant, nous détourne de ce que nous sommes tous déjà, au-delà, avant même de commencer à courir après l’évolution, qui n’est de mon point de vue, qu’une projection, qu’un rêve, qu’une croyance, qu’un mirage et qu’une arnaque. Quel est votre point de vue ? Est-ce celui du corps que vous occupez ? Est-ce celui de la personnalité que vous jouez ? Est-ce celui de l’âme ? Est-ce celui de l’esprit ? Est-ce celui de l’absolu lorsque vous parlez d’évolution ?

    Merci !
    Pierre

    • Beaucoup de questions ! Voici très brièvement quelques pistes.
      Non, personne n’est tenu d’évoluer. Ceux qui le font n’ont pas vraiment le choix : ils tentent de se libérer d’une tension psychique et mentale parce qu’ils ont atteint une maturité d’âme. L’évolution se situe donc effectivement à différents niveaux, psychologique, psychique et mental. Il y a une réelle gradation entre ces 3 niveaux de conscience (enseigné dans la formation d’autocoaching Le Créateur® – Voir le lien de l’Observatoire au menu). Nous ne pouvons garder le souvenir de nos vies antérieures – qui sont archivées ailleurs – afin de ne pas perturber l’expérience actuelle à divers niveaux. Le mot évolution sur le plan simplement psychologique de la conscience est plutôt exprimé à travers les progrès sociaux et la science. Ce n’est pas une évolution de l’être mais de la conscience matérielle dans son environnement, dans le but de le maîtriser de manière mécanique. Un être en réelle évolution atteint d’abord le centre de sa source lorsqu’il libère les tensions. De là il peut devenir un co-créateur, à savoir qu’on lui donne des clés spécifiques pour qu’il poursuive sur le plan mental de sa conscience, totalement par lui-même, une évolution réellement créative basée sur son individualité. Sβ

  2. Merci de votre réponse.

    Mais je ne vois toujours pas où vous voulez en venir avec cet enseignement? Je vous lisais déjà au tout début et je ne vois pas ce que votre enseignement d’aujourd’hui apporterait de plus à celui d’hier?
    Vous dites que personne n’est obligé d’évoluer? J’en comprends que vous sous-entendez de cette façon que l’égo, ou que la personnalité, a une sorte de libre-arbitre, donc que le libre-arbitre existe, et dont elle peut se servir pour décider d’évoluer ou non? Qu’une âme mature n’a pas le choix à cause de tension psychique ou de souffrance d’envisager l’évolution. Une forme de karma existerait donc, dont il faudrait résoudre l’équation par le mental, afin que l’évolution, à travers ce karma, puisse mieux se faire?
    Lorsque le fruit est mûr, c’est justement par ce qu’il a terminé sa croissance, son évolution? Il ne doit pas recommencé à nouveau. N’en est-il pas de même en ce qui concerne l’âme? Et si l’âme souffre, après tant d’évolution, de vie en vie, c’est qu’en quelque part, elle finit par réaliser, que l’évolution, et que l’évolution dans la conscience, ne conduisent nulle part, et ne servent qu’à passer le temps sur ce monde.
    Vous dites qu’il y a différents niveaux, qu’il y a gradation dans la conscience. J’y vois une sorte de hiérarchisation dans la conscience. Vous passez du psychologique au mental, comme si le mental était le summum à atteindre? Qu’il y a une sorte de chemin à parcourir? Pourtant, comme je vous le soulignais dans mon dernier commentaire, le mental comme la mémoire des autres vies, avec ses expériences et ses connaissances, n’est plus présent à la naissance de ce corps.
    De dire que nous ne pouvons garder le souvenir de nos vies antérieures, et qu’ils sont archivées ailleurs, pour de ne pas perturber l’expérience actuelle, devrait être un argument de plus justement, pour prendre conscience, de l’escroquerie de l’évolution. Si on ne peut maintenir nos acquis, de vie en vie, nos apprentissages, nos expériences, nos connaissances, afin qu’ils puissent servir concrètement dans cette vie, où est l’évolution?
    Vous liez le mental et la co-création? Qu’en est-il du supramental dans cette progression, dans ce chemin, dans cet enseignement? Vous sous-entendez que le mental est la source à atteindre afin d’être un créateur. Le mental nous donnerait-il accès à l’immortalité, à l’éternité? Si oui, j’aimerais bien comprendre comment? Quel est votre point de vue?
    Mon point de vue c’est que ce mental n’a rien d’éternel, qu’il est plutôt éphémère, et qu’il n’a rien à faire avec le supramental, ou avec un absolu quelconque.
    Le développement du mental, de mon point de vue, est un mensonge, et ne conduit nulle part, sauf à la mort. Ou dites-moi, qu’entendez-vous par l’évolution de la conscience mentale? Est-elle une étape qui conduit à l’immortalité? L’évolution de l’Être passe-t-elle par le développement mental? Et l’Être ultime pour vous c’est quoi?

    Merci
    Pierre

  3. Bonjour,
    J’élaborerai un texte pour plus de détails concernant le rêve. Pour l’instant, je dois d’abord clarifier le mot mental. En effet je parlais de conscience supramentale.

    Pour ce qui est de l’enseignement de la formation Le Créateur, il permet un cadre favorisant la stabilité psychique au cours du processus d’épuration et des changements de fréquence, car les turbulences causées par la domination de l’astral et du double sont multipliées au cours de la mutation. Ainsi, le cadre de l’Observatoire de l’individu offre à l’ego une structure dans laquelle il peut se laisser aller sans se perdre, comme un garde-fou qui accélère la démarche vers la libération des tensions. L’un des avantages est une souffrance qui ne traine pas trop en longueur. Aussi la formation donne des pistes claires sur les pièges astraux et mentaux et accélère donc le processus de compréhension de l’ego planétaire. L’enseignement a été conçu de manière à ce que l’ego comprenne rationnellement ce qu’est le cheminement vers sa vibration afin de le rassurer dans sa crainte justement d’être dominé ou de le protéger dans son désir de subordination.

    ON m’a amenée à créer une matrice par voie initiatique dans les plans mentaux et psychiques en tant que principe souche de la psychologie évolutionnaire qui fait déjà école dans les plans. Il s’agissait pour moi de rendre cette matrice digestible sur le plan de la raison. Ce que j’ai finalement accepté de faire. Le reste appartient aux autres.

    Beaucoup de gens qui étudient le supramental ne considèrent pas la psyché et le psychologique comme des instances importantes pour la fusion de l’être vers sa source. C’est une illusion de croire que l’émotion, le rêve et le désir ne font pas partie de l’expérience en tant qu’outils d’évolution. La formation d’autocoaching Le Créateur vous éclairera à ce propos.

    L’indignation face à l’illusion de la société est une mauvaise compréhension de la forme. Tant que vous serez attaché à la forme, vous vous indignerez devant l’illusion de l’astral car vous ne pouvez comprendre son utilité. Lorsque nous nous détachons de la forme (dont la plus prégnante est la mémoire d’un certain conditionnement sexuel), nous pouvons comprendre comment l’utiliser sans être englobée par elle. Nous créons.
    À bientôt.

  4. Bonjour!
    Merci pour votre réponse.

    J’accepte que l’émotion, le rêve et le désir fassent tous partie de l’expérience en tant qu’outils d’évolution. Mais cette évolution reste confinée à la matrice astrale, à l’illusion, au rêve, et ne permet nullement d’en sortir. De mon point de vue, c’est un cercle vicieux, et l’humanité y évolue depuis des milliers d’années. Il m’apparaît comme un non-sens que des hommes veulent encore y faire expérience et s’y maintenir, mais pourquoi pas, que chacun vive ce qu’il veut vivre. Personne ne peut forcer personne à faire comme lui. Aucune voie n’est meilleure qu’une autre.

    Ma vision est que les expériences sont infinis, les compréhensions aussi, les questions comme les réponses de même; on peut tourner en rond pour l’éternité de cette façon; c’est mon point de vue.

    Pour vous la source, est-ce cette matrice astrale? Ou bien la source c’est autre chose?

    De mon point de vue, la source n’est pas à rechercher, ni même à saisir, ni même à comprendre, à vouloir s’accaparer, à travers une pseudo-évolution, qui n’est qu’un déplacement de la conscience, comme une forme de création, une projection, un miroitement en tant que créateur d’illusions, elle n’est pas située à l’extérieur de soi, il n’y a pas de chemin pour l’atteindre, car elle est déjà dans l’homme, au-delà de tout ce qu’il peut tenter de concevoir ou tenter de connaître, et elle a toujours été là, au-delà de l’évolution, au-delà de la recherche, pendant que l’égo et la personnalité espéraient la trouver en avant, en dehors de lui-même, la poursuivait autre part, dans un éloignement de lui-même, alors qu’elle était déjà là, n’ayant jamais bougé, avant même qu’il n’envisage de la rechercher. Là est l’arnaque de l’évolution à travers le temps linéaire de ce monde. Il n’y a rien à rechercher, ni rien à résoudre, ni rien à comprendre, tout est déjà là, au centre de lui-même, c’est lui qui s’en était éloigné.

    Le rêve collectif ne prendra jamais fin tant qu’il y aura des rêveurs pour l’alimenter, et sortir du rêve collectif restera toujours une question individuelle; un par un, jusqu’à ce que le rêve collectif s’effondre sur lui-même. Le problème aujourd’hui, pour ceux qui veulent encore s’y maintenir, c’est que cette matrice est en voie de dissolution complète, que ce monde, tel que nous le connaissons, est en train de disparaître, que le rêve collectif, lorsque suffisamment d’êtres auront reconnu de par eux-mêmes l’éphémère de ce monde, de ce rêve, de ces pensées, de ces croyances, de ces valeurs, de ce système, de ce corps, de cette vie, de cette histoire…, lui-aussi, se dissoudra définitivement comme un mirage n’ayant jamais existé. C’est là que se trouvera le choc, le choc de l’humanité, et le choc aussi des individus, et c’est là que je voyais avant tout que votre expertise pouvait servir.

    Alors je vous demande votre point de vue, aujourd’hui, en acceptant que toutes les voies peuvent être suivis, que voulez-vous faire avec votre enseignement? Travailler pour maintenir en place la matrice, l’alimenter encore avec un nouvel enseignement, avec d’autres structures, ou bien travailler à la libération de l’homme? Et dans cette optique, si vous vouliez la renforcir avec d’autres couches de connaissances, quel serait l’utilité de cet enseignement pour ceux qui veulent plutôt s’en détacher?

    Le psychologique et le psychique, ainsi que le mental, appartiennent au corps, à l’égo, à la personnalité, et ce sont tous des éphémères qui passeront lorsque ce corps aura quitté ce monde, cette vie, cette histoire. Il n’y a pas d’éternité là-dedans! Se préoccuper de l’évolution de l’illusoire, de l’éphémère, est, de mon point de vue une escroquerie et une perte de temps, surtout aujourd’hui, pour le temps qui nous reste à vivre sur ce monde. Bien sûr, chacun est libre, et c’est à chacun de voir pour lui-même, où il se place, quel est son regard; il n’y a bien sûr rien à condamner. Je peux très bien concevoir que si quelqu’un veut aller en vacance à la mer, il ne peut forcer ses amis à aller en vacance avec lui, si eux voudraient plutôt aller à la montagne.
    Merci
    Pierre

  5. Pour répondre à certaines de vos interrogations, la formation Le Créateur a plusieurs vocations, mais la première est de permettre à des gens désajustés par les changements de fréquence qui nous poussent naturellement à évoluer, de comprendre en profondeur leurs mécanismes internes en vue d’une plus grande autonomie et harmonie immédiate. J’ai constaté, chez le plus grand nombre de participants à la formation, une accélération de la mutation des champs d’énergie sans perte d’équilibre, ce qui diminue grandement la souffrance attenante à ce cheminement d’individualisation. C’est la première fois dans notre Histoire qu’on explique la conscience sur ses différents niveaux dans le but que l’ego planétaire puisse comprendre rationnellement les mécanismes de la constitution humaine, et que la raison l’amène à faire partie de l’expérience cosmique sur le plan matériel. C’est un grand projet humain. Si vous ne captez pas la vibration même de cette formation, c’est que vous réfléchissez trop et que vous avez peur de vous rencontrer dans la dimension de l’esprit. Lorsque nous testons quelqu’un, souvent c’est que nous doutons de nous-même.
    Mais pour en terminer avec l’utilité d’avoir créé cette formation, je veux bien vous faire part de mon cheminement. D’abord, ce n’était pas mon idée. Quand j’ai écrit Genèse d’une civilisation, j’ai annoncé qu’il s’agissait de mon dernier livre et que je voulais passer à autre chose. Mais on m’a demandé de concevoir cette formation. Ce fut donc une obligation (disons une tâche des plans systémiques) que j’ai d’abord refusée pendant deux ans jusqu’à ce que j’en voie l’intelligence et donc la pertinence. Je ne vous vendrai pas l’idée de suivre cette formation, je m’emploie seulement à informer de son existence. Je vais laisser chacun suivre son courant vers elle comme un appel vers l’intégration de soi. La vibration parle d’elle-même.
    Que vous trouviez utile ou inutile cette formation appartient entièrement à votre réflexion. À partir du moment où j’ai terminé cette tâche, la formation fera son propre chemin. Si vous me demandez de vous convaincre de son utilité, vous ne trouverez pas d’intérêt chez moi. Si vous désirez être instruit, je vous suggère de vous inscrire à la formation Le Créateur : http://www.laguaya.com/formation où vous pouvez aussi lire les témoignages sur le site pour vous inspirer.
    Cette tâche donc qu’on m’a donnée faisait suite à une longue initiation vécue dans le but de co-créer une matrice psychique contenant la procédure d’évolution de la sixième race-racine vers sa conscience supramentale afin de l’amener à construire ses nouvelles structures socio-politiques.
    La matrice qu’on m’a amenée à co-créer n’est pas une forme mais un principe, ce qui n’a rien à voir. Ce principe est expliqué au tout dernier cours. La matrice fut co-créée avec la source qui en a imprimé le seau éthérique afin d’assurer la pérennité de son principe. Si vous désirez connaître les détails de cette procédure d’évolution, je vous invite à suivre la formation Le Créateur® en entier, car ces informations exigent d’avoir passé à travers les 3 niveaux afin de s’assurer que l’ego n’entrave en rien, dans sa compréhension, à cette réalité-science qui dépasse la fiction. Il faut beaucoup de maturité psychique et de stabilité mentale pour saisir le réel sans en faire une affaire personnelle ou morale basée sur la perception. Tant que vous brûlez votre énergie à tester les autres, à chercher à savoir qui a raison, vous indiquez que vous n’avez pas atteint cette stabilité mentale.
    L’impact de cette matrice est imminent. La formation qui en porte la vibration conduit l’être à voir qu’une fois sa vibration atteinte, il devient un Créateur, dans le monde qu’il habite, la matière. Pour créer depuis les plans, il faut parfaitement comprendre les conditions de l’astralité et du rêve au cours de la descente d’une vibration dans la matière. Ce fut l’entrainement principal de ma vie, depuis ma connexion. De cette aptitude collective, au sens de multiples individus ayant stabilisé l’esprit dans la matière, tous les systèmes seront bouleversés. Évidemment la solidarité humaine s’appuiera non plus alors sur le clan géré par l’astral mais sur la force de chaque individu qui gère sa propre lumière.
    Depuis ma connexion, mon travail fut de capter les vibrations souche de la future organisation de la sixième race et de les descendre dans la matière sans altérer leur contenu vibratoire en le passant à travers l’astral. Ceci signifie redescendre dans le monde du rêve pour que la réalité vibratoire en élève les particules. C’est ce à quoi je vous convie. Ainsi nous sommes des créateurs. Vos multiples questions me donnent l’impression que vous êtes attaché à une croyance selon laquelle le rêve et l’astral sont à proscrire alors que nous baignons dedans pour les utiliser sans être dominé par eux. Voilà un grand défi pour nombre de personnes qui se croient arrivées au sommet supramental, quand le sommet est de redescendre sur le plancher des vaches pour y vivre dans l’agrément de la forme sans s’y perdre. J’élaborerai donc tel que promis un texte sur la question dans lequel vous y trouverez plus de réponse. Merci.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s